*Non à la criminalisation du communisme

Publié le par css

Franchement Communistes !

Syndicalistes, nous savons bien que les communistes ont toujours été parmi les plus en pointe dans le combat syndical et que l’attaque contre le communisme a toujours précédé de peu l’attaque contre le syndicalisme. Ce qu’exprime dangereusement le rapport Lindblad cherchant à criminaliser le communisme de même que la lutte de classe.


C’est pourquoi, en ce 1er mai 2006, nous nous permettons de diffuser cette invitation à un meeting contre la criminalisation du communisme.
 

Initiative Communiste

Journal du Pôle de Renaissance Communiste en France

199 rue Emile Zola . 62800 LIEVIN

 
 
MEETING
 

* Non à la criminalisation du communisme

 
Criminaliser le communisme... pour tuer le combat de classe !
 

Le 14 décembre 2005, le député européen Göran Lindblad (Parti populaire européen/ Démocratie chrétienne) a proposé à la commission des questions politiques de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) un projet de résolution sur « la nécessité d’une condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires ». Ce texte devant être soumis au Parlement européen en séance plénière.

Ainsi resurgit donc ce vieux rêve de la bourgeoisie d’une sorte de « Nuremberg » du communisme, assimilant cet idéal de libération humaine au nazisme.

C’est évidemment indigne si nous considérons seulement le rôle joué par l’Union Soviétique et son peuple dans la victoire contre la barbarie hitlérienne et par les Résistants communistes en France et ailleurs.

Mais il ne s’agit pas uniquement d’une perversion historique. La manœuvre est à l’usage du présent. L’objectif est de criminaliser la lutte des classes. Tout ce qui relèverait de la contestation du capitalisme appartiendrait à l’empire du mal comme dit Bush.

C’est sur ce mode que les dockers ont été emprisonnés pour s’être opposés à la directive portuaire européenne, que des lycéens ont été mis en garde à vue, que des syndicalistes ont été traînés en justice….

Mais la répression du mouvement populaire n’est toujours qu’une manœuvre dilatoire. Elle n’arrête pas l’histoire dont la lutte des classes est le moteur. Elle ne rend pas le capitalisme éternel. Elle masque l’exigence grandissante d’en finir avec lui. Le communisme est toujours la jeunesse du monde !

 
Georges Hage.
Député, doyen de l’Assemblée nationale. Président d’Honneur du PRCF
 

 

Manifestation à Strasbourg mardi 24 janvier 2006.

*Brochure disponible, sur commande, à I.C à Liévin.

INVITATION AU
MEETING
 
LUNDI 8 MAI à PARIS.
de 14h30 à 18h00
 

Espace conférence des Diaconesses,

Rue du Sergent Bauchat Paris XIIéme

 

Meeting placé sous la présidence d’honneur de

Georges Hage
 

avec la participation de représentants de parti communistes étrangers

et d’anciens résistants dont :

· Léon Landini, ancien FTP-MOI, Officier de la Légion d’honneur, médaille de la résistance, grand mutilé de guerre,

· Arsène Tchakarian, ancien FTP-MOI du groupe Manouchian, chevalier de la Légion d’Honneur,

· Pierre Pranchère, ancien FTPF, ancien membre du comité central, ancien député de l’Assemblée nationale et de la communauté européenne,

· Jean-Pierre Hemmen ; fils de résistant fusillé par les nazis,

· Simone Nicollo Vachon,résistante émérite,

· Henri Alleg, ancien secrétaire général de « l’Humanité » auteur de plusieurs livres, en particulier « La question ».
 

Invitée d’honneur Annie Lacroix-Riz,

Pour qui nous demandons, à M. le Ministre de l’Education nationale,

de faire cesser le harcèlement politique à son encontre.

 

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris VII et historienne de renommée internationale, Mme Annie Lacroix-Riz est harcelée depuis des mois par une officine regroupant des nostalgiques de la Russie et de l’Ukraine « blanches ». Ignorant la loi, qui garantit aux fonctionnaires la protection de l’Etat contre les intrusions partisanes, un député de Mayenne franchit un cap supplémentaire dans le harcèlement et la tentative de chasse aux sorcières en relayant la lettre d’une Française d’origine ukrainienne qui exige que le Ministère désavoue publiquement, voire sanctionne, Mme Lacroix-Riz, accusée de manière irresponsable de « négationnisme » et de « révisionnisme ».

 

Pour se rendre au Meeting :       - en métro station Montgallet (ligne 8) rue de Reuilly ou à Nation

(lignes 1-6 et 9 ou RER A) et prendre la rue Jaucourt.

- en voiture possibilité de se garer dans la rue ou au parking de l’hôpital (payant).

 
Meeting organisé par le PRCF et les JRCF :
Pôle de Renaissance Communiste en France

23 rue du haut de la noue – porte 176  92390 Villeneuve le Garenne

Mail : prcf.predel@wanadoo.fr                 Site : www.initiative communiste.fr

Jeunes pour la Renaissance Communiste en France.

JRCF 5 rue Titon 75011 Paris.

Mail : reseau.jrcf@wanadoo.fr                                 Site : http://www.jrcf.org


Commenter cet article

el diablo 08/05/2006 15:01

visitez mon blog franchement anticapitaliste

Damien 04/05/2006 20:24

Salut,
J'ai déjà essayer de laisser un message, mais ça ne marche pas, donc je vais faire plus court.
L'idée d'un courant inter syndical lutte de classe est effectivement une très bonne idée en soi. Un syndicat lutte de classe est aujourd'hui nécessaire pour contrer les dérives bureaucratiquess et revenir à un syndicalisme de lutte, en toute indépendance de classe vis à vis de la classe dominante et de l'Etat.
Si je pouvais être intéressé par les analyses et les documents présentés, je suis un peu sur le cul en lisant ce document émanant du PRCF et appelant à ce genre de meeting. Je croyais tombé sur un site où pouvait s'élaborer une analyse de classe vis à vis du syndicalisme, et non pas tomber sur un site relayant des appels, qui soyons clairs paraissent assez orthodoxes et stalinien. La position est radicale, mais c'est mon sentiment.
Politiquement, le problème se pose aussi quand au fond du texte d'appel au meeting, mais ce n'est pas l'endroit virtuel pour en débattre plus longuement.
je suis un peu déçu donc, et on se sent un peu trompé quand on tombe dessus, on se dit : derrière ce collectif, il y a PRCF ( groupe peu inconnu pour ma part, mais lassant un aperçu peu attrayant ).
Salutations syndicales.
Damien