Déclaration des signataires de l'Ile-de-France de la « Lettre ouverte aux états-majors syndicaux »

Publié le par CUFSC

Organisée par les initiateurs de la "LETTRE OUVERTE AUX ETATS MAJORS SYNDICAUX", une réunion des signataires de cette pétition avec comme mot d'ordre: "tous ensemble et en même temps" s'est tenue samedi 8 novembre à Paris.


En premier lieu, ils constatent que depuis la rentrée le mécontentement qui touche l'ensemble de la société s'amplifie et que de nombreuses luttes se développent contre la politique de Sarkozy, du MEDEF et de l'U.E. du capital : puissante manifestation des enseignants, actions qui touchent l'ensemble des salariés de l'automobile et leurs sous-traitants, mais aussi les NMPP, la SNCF, la Poste, les retraités, les chercheurs, les agriculteurs, les chômeurs, les sans papiers, les agriculteurs, les magistrats et les avocats.

Aujourd'hui même une grande manifestation est organisée au Havre. Elle rassemble avec la population, les Renault de Sandouville, les enseignants, les ports et docks, l'hôpital, pour les salaires, contre la casse de l'emploi et des services publics avec comme mot d'ordre de ralliement:"TOUS ENSEMBLE ET EN MEME TEMPS"


Les militants réunis constatent aussi la volonté évidente des leaders syndicaux, réunis au sein de la CES mais en concurrence pour les prud'homales, de rester sourds à cet appel et de poursuivre leur politique de dialogue avec le gouvernement le plus anti-social qui ait existé depuis 1945, alors que se déroulent en ordre dispersé les multiples luttes imposées par la base dont la colère ne peut plus être contenue. Mais les 400 milliards pour les banquiers, un appareil politique présidentiel dont les frais de fonctionnement explosent ou les profits substantiels des grands groupes capitalistes démontrent largement qu'on peut satisfaire les revendications et notamment arrêter les délocalisations pour le seul intérêt des puissances financières avec comme conséquence le gonflement incessant du chômage.


Les militants réunis ce samedi lancent donc un appel à tous ceux qui considèrent que rien de sérieux ne sera acquis sans une globalisation et une généralisation de l'action afin de renforcer leur pression auprès des appareils syndicaux pour qu'ils se situent enfin clairement contre le gouvernement, le MEDEF et l'UE, qu'ils cessent toute collaboration avec eux et qu'ils jouent leur rôle fédérateur des luttes : aucun acquis ne sera durablement préservé sans qu'une défaite décisive ne soit infligée au gouvernement Sarkozy et au patronat.


Ils proposent qu'en janvier 2009, les signataires de la « Lettre ouverte aux états majors syndicaux » de la moitié nord de la France se rassemblent, afin de structurer efficacement un large comité du front syndical de classe qui prend corps à travers le pays et de fédérer les forces nécessaires à l'essor de l'action syndicale de classe et de masse nécessaire pour contraindre au recul l'ennemi de classe et avancer vers la satisfaction des aspirations populaires.

Publié dans LUTTES-ACTUALITES

Commenter cet article